Ignace Falzon
Laïc, Catéchiste, Bienheureux
1813-1865

Ignace (Nazju) Falzon naît le 1er juillet 1813 dans une famille distinguée de La Valette où le Droit est à Ignace Falzon, laïc, catéchiste, bienheureuxl'honneur: son père est juge, sa mère, née Marie-Thérèse Debono, est fille de juge et Ignace comme ses trois frères (ils sont 4 enfants) décroche un diplôme de Droit. Deux d'entre eux deviendront prêtres. Ignace a une enfance studieuse. Il reçoit les ordres mineurs à 15 ans, mais, bien qu'il ait aussi un diplôme en théologie, il refuse d'aller plus loin, se jugeant indigne du sacerdoce, ce qui ne l'empêche pas de se livrer à sa grande passion pour l'enseignement de l'Évangile et de la foi catholique. Il fait d'abord le catéchisme à des enfants dans deux églises successives, ne se contentant pas d'enseigner mais aidant matériellement ceux qui en ont besoin. Son activité la plus typique se déploie auprès des marins anglais. A l'époque, Malte (depuis 1800) est une base stratégique anglaise où résident jusqu'à 20'000 britanniques. Ignace se rend au port, aborde les marins qui la plus part du temps sont peu instruits au point de vue religieux, et leur parle du Christ. Au début, il les reçoit chez lui, mais leur nombre augmentant, il se déplace à l'église des Jésuites de La Valette. Pour eux il fonde la "Congrégation du Rosaire", ou plus simplement "la Congrégation". Il met ses compétences intellectuelles à leur service. Il écrit un livre intitulé "Le réconfort de l'âme chrétienne" ("The comfort of the christian soul") et fait venir pour eux des livres religieux anglais. Parmi les marins anglais, bien peu sont catholiques. Des protestants se joignent à leurs camarades pour aller aux séances de la Congrégation. Ignace anticipe l'esprit œcuménique de respect et de dialogue qui nous est aujourd'hui familier, mais qui ne prévalait pas à l'époque. Plus de 650 marins se feront baptiser grâce à son ministère. Ignace n'abandonne pas ceux dont il s'occupe spirituellement. Beaucoup, connaissant ses compétences en droit, s'adressent à lui et Ignace fait souvent l'intermédiaire entre eux et ceux qui sont restés au pays. Il a su gagner la confiance des marins et beaucoup, lorsqu'ils partent en mission dangereuse, lui confient leurs objets les plus précieux pour les renvoyer à leurs familles au cas où ils ne reviendraient pas. Les gens voient en lui non seulement une énergie illimitée, mais également une joie et une paix profonde. Beaucoup de ceux qui aident Ignace dans son apostolat deviendront prêtres dans l'aumônerie militaire ou navale. La continuité de son œuvre sera assurée par l'un d'eux, Fr Cullens, qu'Ignace avait encouragé dans la voie du sacerdoce. Ignace meurt à 52 ans, le jour de son anniversaire, le 1er juillet 1865. Ce sont des Anglais aussi bien que des Maltais qui demanderont sa béatification.

Jean Paul II : « Igance Falson a tiré sa force et son inspiration de l'Eucharistie, de la prière devant le Tabernacle, de la dévotion à Marie et au Rosaire, et du modèle de Saint Joseph. Ce sont là des sources de grâces auxquelles tous les chrétiens peuvent s'abreuver. »

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/

pour toute suggestion ou demande d'informations