Méthode d’Olympe
Évêque, Martyr, Saint
† vers 312

Ce saint Méthode est dit “d’Olympe”, parce que la tradition assure qu’il y fut évêque, s’appuyant sur un écrit de saint Jérôme.

Ce dernier en effet1 dit qu’il fut évêque en la ville d’Olympe en Lycie, puis à Tyr en Phénicie. Il ajoute qu’il mourut martyr “à la fin de la dernière persécution”, donc vers 312.

La Lycie est une petite région au sud-est de l’Asie Mineure, actuelle Turquie d’Asie. C’est la patrie de saint Nicolas. La ville d’Olympe est maintenant un site archéologique complètement envahi par la végétation.

Notre saint Méthode fut donc évêque en cette ville. S’il est vrai qu’il mourut martyr, il fut peut-être martyrisé à Tyr, ville mentionnée par le même saint Jérôme. Des contemporains de Méthode ne nomment pas son nom parmi les évêques de Tyr. Reste que Méthode fut apparemment un écrivain prolixe, dont malheureusement on n’a pas conservé les textes dans leur état intégral.

On a de lui Le Banquet des dix Vierges, un dialogue imité du Banquet de Platon, dont les personnages sont dix jeunes filles, réunies dans le jardin de Vertu, dissertant sur la chasteté. Le texte se conclut sur une hymne acrostiche de vingt-quatre strophes, entonnée par l’une des convives en l’honneur des fiançailles du Christ et de son Eglise, de l’union d’Adam et Eve qui les préfigure, des deux natures du Christ, une des façons d’interpréter le Cantique des Cantiques de la Bible. Chaque strophe s’achève par une acclamation solennelle : “Chaste pour te plaire, une lampe éclatante à la main, ô mon époux, je viens à toi.”

D’autres œuvres de Méthode ont été conservées partiellement en grec et en vieux-slave : un traité Sur le libre arbitre contre les positions des gnostiques ; Sur la Résurrection où Méthode réfute certaines spéculations d’Origène.

Quelques traités, plus courts, nous sont parvenus en vieux-slave : Sur la vie et l’action raisonnable ; Sur la discrimination des aliments ; Sur la lèpre ; Sur la sangsue (cf. Proverbes 30:15sq).

D’autres écrits sont connus seulement par de courts fragments : Contre Porphyre, Contre Origène, Commentaire sur la Genèse, Commentaire sur le Cantique des Cantiques, Commentaire sur le Livre de Job, Sur les martyrs.

Méthode était précédemment inséré par erreur au 18 septembre dans l’ancien Martyrologe. Adhérant aux habitudes de l’Eglise Orientale, l’actuelle édition du Martyrologe l’a rétabli au 20 juin.


1 De viris illustribus, LXXXIII

 

 

pour toute suggestion ou demande d'informations