Odon de Cambrai
Évêque, Bienheureux
+ 1113

Gaucher, évêque de Cambrai, s'était rendu coupable de simonie et fut déposé par le pape Urbain II. La Évêque du XII sièclesentence qui le privait de son siège n'était cependant pas mise à exécution, parce que Gaucher avait su gagner les bonnes grâces de l'empereur qui le soutenait. Alors le pape s'adressa à Manassès, archevêque de Reims, avec injonction d'élire un évêque pour Cambrai. Manassès assembla un concile de ses suffragants en 11o5, et on élut d'une voix unanime le vertueux Odon, abbé de Saint-Martin de Tournai. Dès qu'il eut reçu la consécration épiscopale, Odon se rendit à Cambrai et prit possession de son siège ; mais Gaucher resta à Cambrai et ne voulut sortir de cette ville du vivant de l'empereur Henri IV.

Odon se contenta d'exercer les fonctions épiscopales dans le reste du diocèse, et de réparer les maux que l'indigne Gaucher avait faits et continuait à faire à l'église. Ses talents et ses vertus consolèrent la religion et arrêtèrent les progrès d'un schisme déplorable.

Dès lors il se consacra tout entier à l'instruction des peuples confiés à ses soins et édifia son diocèse par son zèle et sa conduite irréprochable. Se voyant enfin paisible possesseur de son siège, il n'omit rien pour effacer jusqu'aux dernières traces de l'administration de Gaucher. Il y réussit non sans peine, et ramena à l'unité les cœurs les plus rebelles.

Après avoir ainsi consolidé le bien, il se retira sur la fin de sa vie au monastère d'Anchin, où il avait pris autrefois l’habit religieux. C'est dans cette retraite qu'il attendit en paix l'heure du Seigneur, et qu'il mourut saintement le 19 mai Ses vertus luiront mérité le titre de bienheureux.

SOURCE : Alban Butler : Vie des Pères, Martyrs et autres principaux Saints… – Traduction : Jean-François Godescard.

 

 

pour toute suggestion ou demande d'informations